LA POLICE ADMINISTRATIVE DE CASABLANCA A UN AN… UN BILAN HONORABLE

Le 4 juillet dernier, la police administrative de Casablanca aura bouclé un an après sa généralisation sur l’ensemble du territoire de la commune, avec ses 16 arrondissements, et un an également après le début officiel de son action. Une année de réalisations et d’interventions, qui ont abouti à un bilan très honorable augurant d’un avenir encore meilleur au service des Casablancais(e)s et d’une meilleure qualité de vie, en constante amélioration, des habitants de la capitale économique du royaume.

La police administrative de Casablanca travaille sous la supervision directe de la présidence du Conseil de la commune, avec l’accompagnement, l’assistance technique et juridique et le soutien logistique de la société de développement local (SDL) Casa Prestations. La mise en place de la police administrative s’inscrit dans le Programme d’action communale de Casablanca, à travers son axe premier, celui du développement durable.

1/ La police administrative, présentation.

En effet, le rôle de cette police consiste à servir la population, essentiellement dans les domaines de l’hygiène, de la propreté et de la sécurité publique, en plus bien évidemment du contrôle de l’occupation du domaine public communal et aussi de son implication dans le domaine de l’urbanisme et de la réaction aux plaintes et réclamations citoyennes… en attendant l’extension de la mission de la police administrative, progressivement, à d’autres domaines.

La création de la police administrative, et le rôle joué par Casa Prestations à ses côtés, entrent dans le cadre légal de la loi organique 113-14 sur les communes. Et après un an d’action et de missions, les compétences de la police ont été peu à peu étendues à l’ensemble de arrondissements de la capitale économique du royaume.

2/ Les missions.

A sa création, voici ce que furent les missions dévolues à l’unité de police administrative de Casablanca :

  • Exécution des décisions et arrêtés du président de la commune en matière d’urbanisme, d’hygiène, de sécurité publique et d’occupation du domaine publique communal (terrasses, bâches, plaques publicitaires…) ;
  • Sensibilisation et conscientisation des populations aux questions d’hygiène et de sécurité publique, en plus de la protection de l’environnement ;
  • Appui à la création d’un système de contrôle communal, moderne et unifié ;
  • Participation à l’amélioration des ressources financières de la commune ;
  • Protection de l’ordre public dans la limite des compétences attribuées au président de la commune.

3/ Les moyens de travail

Une fois recrutés, les agents de la police administrative reçoivent un uniforme dédié, une carte professionnelle, un portable et des tablettes connectées, en plus de voitures de fonction estampillées « Police administrative ». L’équipement informatique et numérique permet ainsi de procéder à des contrôles « intelligents », en temps réel, avec établissement régulier de bases de données. L’expérience est inédite, unique et donc première au Maroc.

Les applications numériques placées dans les tablettes et portables permettent aux agents de la police administrative d’actualiser les données dont ils disposent sur les contribuables personnes morales (nature de l’activité, adresse, autorisations diverses…), et aussi de suivre les différentes réclamations faites ou avertissements adressés aux éventuels contrevenants. Ces applications sont adossées à une plateforme centralisée afin de dresser un programme d’action hebdomadaire et élaborer des statistiques précises…

4/ Les débuts et le premier bilan de l’action de la police administrative.

Après une phase pilote réussie dans deux préfectures d’arrondissements (Anfa et Moulay Rachid) et cinq arrondissements (Anfa, Sidi Belyout, Maârif, et Moulay Rachid, Sidi Othman), la police administrative a été élargie le 4 juillet 2019 à l’ensemble du territoire, avec ses 16 arrondissements et pas moins de 150 fonctionnaires dont un médecin, deux ingénieurs et deux administrateurs hors-cadre, triés sur le volet et à l’issue d’une procédure rigoureuse de sélection, d’entretien préliminaire et de formations théorique et pratique, sur le terrain.

Premier bilan de l’action de la police administrative. Ce nouveau corps, en un peu plus d’an d’activité sur l’ensemble du territoire de Casablanca, a effectué 20.249 visites et établi 11.453 procès-verbaux. Quant aux opérations de sensibilisation, les agents de la police administrative en ont mené 8.796.

  • 500 boucheries ont été visitées par la police administrative.
  • 453 véhicules abandonnés ont été trouvés et tractés jusqu’aux fourrières de la ville.
  • 351 points noirs de déchets divers ont été recensés.
  • 143 opérations d’évacuation du domaine public communal occupé ont été réalisées sur l’ensemble du territoire de la ville ; pour ce domaine de l’occupation du domaine, 19.548 visites ont été opérées, ayant donné lieu à 8.858 avis et recommandations et 10.690 procès-verbaux d’infractions.
  • 4.854 affiches publicitaires ont été retirées des poteaux auxquels elles étaient accrochées.
  • 1.455 visites de chantiers d’urbanisme ont été effectuées par les agents de la police administrative, et autant de PV ont été dressés sur les infractions constatées, et envoyés à l’autorité compétente.

Et depuis la survenue de l’actuelle pandémie de Covid-19, et dans les circonstances exceptionnelles qu’elle a induites, la police administrative accompagne les efforts déployés par la commune de Casablanca pour lutter contre le virus, et s’est mobilisée pour multiplier les actions de sensibilisation, en collaboration avec les autorités locales, soit 596 en mars, 1185 en avril, 985 en mai et 382 en juin, soit au total 3.148 visites qui ont porté essentiellement sur les lieux les plus susceptibles de devenir des foyers ou des vecteurs de contamination, comme les marchés de produits alimentaires (boucheries, abattoirs, marché de volailles, fruits et légumes…), les grands souks populaires et les souks informels et les unités industrielles et commerciales à forte densité humaine. Les agents de la police administrative ont multiplié à l’intention de toutes ces personnes les messages de prévention et de précaution contre le virus et les moyens pour s’en protéger comme la désinfection.

Et ainsi donc, l’action et les missions de la police administrative communale sont étroitement liées à un ensemble d’interventions en relation avec le vécu quotidien de la population casablancaise, sous ses divers aspects, essentiellement la santé et la sécurité. Aussi, et après un an d’exercice de ses fonctions, la police administrative communale ambitionne d’oeuvrer pour une bonne gouvernance, aux fins d’assurer un cadre, et une qualité de vie, meilleurs aux Casablancais(e)s, à travers le respect des lois et règlements en vigueur.